Fédération du Parti Socialiste du Loiret
 

6 décembre 2018
Aux lycéens

La Fédération du Parti Socialiste, inquiète des violences qui se réitèrent, se répandent et s’amplifient devant les lycées, appelle au calme.

Nous comprenons, nous entendons la colère. Mais elle ne peut se traduire par des actes d’agression, de destruction, d’incendies volontaires, d’affrontement avec les forces de l’ordre, et nous condamnons ces violences.

Nous soutenons les forces de l’ordre qui maintiennent l’ordre, mais nous les conjurons de ne jamais oublier qu’ils ont devant eux des jeunes, des enfants.

Face au risque que la situation ne s’aggrave encore ce jour, face aux risques d’accidents, voire de drames nous appelons les jeunes qui organisent les blocus à la plus grande mesure, et à renoncer si la situation se tend. 

Nous appelons les forces de l’ordre à ne pas répondre même aux provocations des groupes qui viennent se mêler aux jeunes qui dans leur majorité souhaitent faire part de leurs revendications avec détermination mais sans violence.

Nous appelons les parents à alerter les enfants des risques, les personnels des lycées à protéger nos enfants en prenant les dispositions nécessaires.

Nous souhaitons dire un mot particulier aux jeunes lycéens, étudiants, apprentis, ou jeunes actifs : tournez-vous vers les organisations de jeunesse, venez dire aux partis vos attentes, vos espoirs, vos colères. Le combat politique, le terrain des luttes, le seul qui permette de faire avancer les choses sans sombrer dans le chaos, la violence, et le pire pour tous, y compris pour vous, est celui-là. 
Nos organisations politiques sont ouvertes. Choisissez celle qui vous va le mieux (évidemment on vous conseille le PS, mais c'est une autre histoire... ). 

Ou continuez à manifester mais dans le calme et sans prendre de risques.

Carole Canette
Première secrétaire fédérale

 

29 novembre 2018
512000 euros d'argent public pour soutenir un harceleur. La honte du Département du Loiret.

A l'heure de la raréfaction de l'argent public, et de la mobilisation des gilets jaunes sur le pouvoir d'achat, le département du Loiret choisit de mobiliser 512 000 euros pour soutenir un harceleur.  

En effet, dans la procédure qui concerne l'ancien Directeur général des Services, M. LIDOLFF a été poursuivi et condamné pour harcèlement dans le cadre d'une procédure pénale et civile. Le Conseil départemental a pris en charge financièrement l'ensemble de sa défense pour près de 489 000 euros.

Aujourd'hui, nous venons d'apprendre que le Département va encore plus loin et fait le choix d'utiliser l'argent public pour rembourser au harceleur sa condamnation à payer aux victimes. 

Pour mémoire, il s'agit du même personnage qui, après avoir quitté le Loiret suite au début des procédures, a été renvoyé du Département des Hauts de Seine pour avoir refait somptueusement son nouveau bureau avec l'argent public. Facture pour le contribuable : 90 000 euros. 

Les victimes, agents du Département, voient leur employeur soutenir et conforter leur harceleur. Une honte et un déni de justice !  

La fédération du Loiret du Parti Socialiste apporte tout son soutien aux victimes et condamne la prise en charge du Département dans cette affaire. Elle demande expressément à M.Gaudet, Président du Conseil Départemental du Loiret, de s'expliquer devant les contribuables et devant les victimes.  

La Fédération du Parti Socialiste du Loiret 

 

13 novembre 2018
Pouvoir d'achat et financement de la transition écologique : un autre choix est possible !

20181115TractPouvoirAchat.png

12 octobre 2018
Après la démission de David Thiberge de la mairie de St Jean de Braye

Nous savons tous combien David Thiberge s’est engagé et a œuvré pour Saint-Jean de Braye et les valeurs qui étaient au cœur de son action. 

Le Parti socialiste du Loiret tient à lui témoigner son amitié, et le remercie pour les années passées au service de sa commune et des valeurs qui le guidaient. 

David Thiberge fut un maire totalement engagé pour les habitants de sa commune, avec une vision généreuse, tournée vers l’éducation, l’éducation populaire, le développement de l’économie sociale et solidaire, la cohésion et le vivre ensemble. De grands chantiers d’avenir ont été menés à bien pour Saint Jean de Braye pendant ce mandat, et on retiendra par exemple sa ténacité pour que sa commune et ses habitants bénéficient du Tram. 

Si cette décision personnelle nous amène bien sûr à lui souhaiter en premier lieu un prompt rétablissement et un repos mérité, elle amène à s’interroger aussi sur le prix de l’engagement des élu·e·s locaux, et sur les organisations collectives à mettre en œuvre pour que l’engagement citoyen n’épuise pas les hommes et les femmes qui relèvent ce beau défi.

La conduite d’une ville est aussi une œuvre collective, et nous savons tous les talents que David Thiberge avait su réunir autour de lui. Nous souhaitons bonne chance et bon courage à l’équipe et tout particulièrement à Vanessa Baudat-Slimani, que l’équipe s’apprête à désigner pour prendre la relève. 

Carole Canette
Première secrétaire fédérale
 

13 septembre 2018
Les socialistes du Loiret travaillent pour l'Europe

Communiqué du 11 septembre 2018

Depuis début juin le Parti Socialiste a démarré un chantier sur l’Europe à travers notamment la plateforme « la Ruche Socialiste ». La fédération du Loiret a fait le choix de prendre pleinement sa part dans ce chantier. Elle remercie les jeunes socialistes du Loiret qui y ont pris part.

Ainsi un groupe de travail s’est réuni durant la période estivale afin de rédiger deux textes. Ces textes ont été présentés au Conseil Fédéral du PS du Loiret et sont soumis désormais au débat et au vote sur la plateforme.

Le premier aborde la question environnementale en s’appuyant sur les avancées issues de la COP 21 ; le second traite des relations internationales sur lesquelles l’Europe doit devenir un acteur structuré.

La fin de ce travail fédéral de rédaction marque le début d’un chantier plus large autour des questions  européennes pour le Parti Socialiste. Le dépôt des contributions  par les fédérations, les militant·e·s , les citoyen·ne·s s’achèvera le 14 septembre. A cette issue, elles seront analysées, travaillées, synthétisées  pour être soumises à débat fin septembre et au vote début octobre.

La fédération du Loiret profitera de cette période pour tenir le dimanche 30 septembre sa traditionnelle Fête de la Rose, qu'elle consacrera cette année à l'Europe.

7 septembre 2018
Climat, social-écologie : les socialistes du Loiret se mobilisent et appellent à participer à la marche pour le climat ce samedi à Orléans

Communiqué du 7 septembre 2018

En démissionnant, Nicolas Hulot a voulu lancer un signal devant provoquer le sursaut nécessaire face au manque d'efficacité des politiques publiques pour l'environnement : les chercheurs nous le répètent, la société civile nous alerte. Face au défi climatique et environnemental, l’heure n’est plus au statu quo mais au sursaut.

Manifestement, son signal n'a pas été entendu.

Le succès de la COP21 à Paris aurait dû inspirer le gouvernement et la nouvelle majorité. Mais force est de constater que le peu qui a été fait n'est pas à la mesure de la catastrophe annoncée.

Le temps est venu de rompre avec les politiques libérales qui encouragent la surconsommation des ressources et d’inventer un nouveau modèle de croissance durable, décarbonné, respectueux de l’environnement.

Et ça n'est pas la nomination de François de Rugy qui peut donner à espérer, lui qui déclarait il y a moins de deux ans « Emmanuel Macron, je ne sais pas quel est son programme écologique. ».

La transition écologique est en outre indissociable de la lutte contre les inégalités : c'est pourquoi les socialistes du Loiret sont entièrement engagés, depuis plusieurs années, dans le combat pour la social-écologie.

Aussi, dans le cadre de « La ruche socialiste » et pour préparer la campagne pour les élections européennes, ils ont rédigé une contribution (1) sur « L'Europe et la transition environnementale ». Ils insistent sur les productions locales, sur les normes environnementales, sanitaires et sociales qui doivent être européennes et couplées à une taxe au frontières européennes, sur la protection du monde paysan, le soutien aux producteurs, en particulier les éleveurs, population paysanne la plus précaire. Ils appellent au développement d'une politique européenne de Recherche et Développement afin de développer des industries respectueuses de l'environnement.

C’est dans ce contexte de mobilisation, qu’ils appellent leurs militant·e·s, leurs sympathisant·e·s, et plus largement tou·te·s les citoyen·ne·s d’Orléans et du Loiret à participer à la Marche pour le Climat organisée ce samedi à 14h à Orléans.

 

23 juillet 2018
Affaire Benalla : Là où les barbouzes sont de retour, la République disparaît

Communiqué du 23 juillet 2018

 

L'entourage proche du président de la République qui s'accapare les attributs des représentants des forces de l'ordre pour aller tabasser des citoyens opposants politiques en pleine rue, au milieu des forces de police, ce n'est pas une péripétie de plus dans le monde politique. C'est plus qu'un fait divers. Ce sont des faits d’une extrême gravité.

Dans notre République, seuls les représentants des forces de l'ordre ont le monopole de la violence légitime. Que certains proches du Président se croient sinon autorisés à de telles exactions du moins s'imaginent que cela sera toléré -par les policiers présents, par leur hiérarchie, par l'entourage politique du Président- est un signe extrêmement inquiétant de l'ambiance dans notre pays et au sommet de l’État. 

Ce qui caractérise un État c'est le monopole de la violence. Ce qui caractérise un État Républicain et de droit c'est que ce monopole soit celui des forces de l'ordre régulièrement désignées et qu'il ne concerne que la violence "légitime". Aucune de ces deux conditions n'étaient réunies ici. La réaction doit donc être forte et c'est la République qui doit se lever. Car là où les barbouzes sont de retour, la République disparaît.
 
Et là où l'on pourrait voir une dérive individuelle, des détails nouveaux sont chaque jour révélés qui laissent entrevoir l'ampleur de la dérive qui est bien collective :

  • Il ne s'agit pas d'un mais a priori d'au moins deux collaborateurs commettant ces violences extrêmes
  • Ces violences ont été commises sous l'œil, en présence et on pourrait même dire en collusion ou sous la protection de véritables représentants des forces de l'ordre
  • L’individu principalement concerné disposait semble-t-il régulièrement de matériels et équipements en principe réservés aux forces de l’ordre régulièrement constituées
  • Le premier cercle politique du Président (voire le Président lui-même ?) a considéré que l'affaire méritait pour seule réaction une sanction interne prenant la forme d'une mise à pied de 15 jours (le licenciement n’a été engagé que lorsque l’affaire a été révélée et vise en réalité des faits connexes)
  • Ce même entourage politique présidentiel et le Ministre de l'intérieur ayant connaissance des faits ont "omis" de prévenir le parquet au mépris de l'article 40 du Code de procédure pénale, couvrant donc ces agissements.
  • Des hauts gradés dont 2 commissaires ont, au mépris de toutes les lois et procédures, copié puis transmis (ou se sont sentis tenus de transmettre) des images de vidéos à l'auteur des faits.  
     

Le Parti Socialiste du Loiret condamne donc avec la plus grande fermeté non seulement les exactions des individus concernés, mais dénonce également  solennellement la dérive collective et politique, qui a entouré au plus haut sommet de l’Etat  ces agissements, qui mettant à mal les principes fondamentaux de notre République. L’affaire Benalla n’est pas un fait divers c’est une affaire d’Etat.

Nous exigeons que la pleine lumière soit faite sur l’ensemble des circonstances de cette affaire et que les responsables, tous les responsables, répondent de leurs manquements.

Carole Canette
Première secrétaire fédérale

3 juillet 2018
Apéro convivial de la Fédération du Loiret du Parti Socialiste

20180707AperoVisuel.png

Venez rencontrer les socialistes du Loiret, lors d'un apéro convivial, le samedi 7 juillet 2018, à partir de 18h30 !

16 avril 2018
L'avenir du PS en débat sur France 3 Centre Val de Loire

France 3 Centre Val de Loire a consacré son émission "Dimanche en politique" du 15 avril 2018 à l'avenir du Parti socialiste dans notre région.
Retrouvez cette émission ici :

 

9 avril 2018
Plus de 20 loirétains au Congrès du Parti Socialiste

IMG_8035.JPGCe week-end a eu lieu, à Aubervilliers, le 78e congrès du Parti Socialiste. 

Parmi les 2000 adhérents présents à cet événement, nous pouvions compter plus d’une vingtaine de militants loirétains.
Ce congrès a été un lieu de débats riches, de rencontres militantes et de renouvellement des instances.
La fédération du Loiret y tient désormais une place forte, puisque Valérie Corre (ancienne députée du Loiret), Julien Lesince (secrétaire de la section Fleury-Chanteau) ainsi que Carole Canette (première secrétaire fédérale) siégeront au sein du Conseil National.

La fédération du Loiret félicite aussi Jérôme Bornet pour son élection au Bureau National des Adhésions.

Après le rassemblement opéré lors du congrès, place à l'action !

Différentes phases de travail se tiendront, dans chaque fédération, durant les prochains mois.

Tout recommence aujourd’hui.

 

Carole Canette

 

 

29 mars 2018
Carole Canette élue Première secrétaire fédérale du PS du Loiret

IMG_7766.JPGDeux semaines après un premier vote sur les textes d’orientation, les adhérents du Parti Socialiste du Loiret ont élu ce jeudi soir Carole Canette en tant que Première secrétaire fédérale.

La mobilisation autour d’Olivier Faure au niveau national et de Carole Canette dans le Loiret, ainsi que le renouvellement des secrétaires de sections marquent le désir et l’espoir de faire vivre les valeurs socialistes et de reconstruire une gauche de Gouvernement.

L’heure est désormais au travail.

Dès les 7 et 8 avril Carole Canette et une délégation de militants du Loiret participeront au Congrès d’Aubervilliers.
Dans les prochaines semaines, tous les adhérents, sympathisants et citoyens de gauche, qui pensent que les valeurs doivent l’emporter sur les divisions, sont appelés à nous rejoindre pour débattre et construire l’avenir à gauche : grâce à un parti ouvert, tourné vers l’avenir, social, écologiste et progressiste.

19 mars 2018
Législatives dans le Montargois

Dans le cadre du scrutin de ce dimanche dans la 4ème circonscription du Loiret, nous saluons tout d'abord l'engagement et la campagne de qualité menée par Jalila Gaboret, et regrettons la faible participation.

Si les électeurs et électrices nous ont certes placés loin derrière les candidats qualifiés pour le second tour, nous arrivons en première place des candidats de gauche avec un score augmenté par rapport à celui de juin dernier. 

A l'inverse celui de la candidate d'En Marche est nettement inférieur au précédent scrutin, ce qui signe les désillusions des électeurs face à la politique du gouvernement. 

Nous combattons clairement le candidat "Les Républicains" qui incarne la droite de Monsieur Wauquiez, tout en demandant avec la même clarté au gouvernement et à sa majorité parlementaire de ne plus faire la sourde oreille face au mécontentement des français, en particulier celui des plus fragiles, que la politique menée fragilise plus encore. 

Notre pays a besoin de solidarité, de justice sociale et fiscale, de services publics, et d’une politique économique respectueuse de chacun.

Fédération du Parti Socialiste du Loiret.

16 mars 2018
Congrès du Parti socialiste : les résultats dans le Loiret

BandeauCongres.jpg

 

223 adhérents du Parti socialiste ont voté jeudi 15 mars 2018 dans le Loiret sur les textes d'orientation nationaux.

Voici les résultats de vote :

 

Inscrits : 619

Votants : 223 (soit 36,03%)

Textes d'orientation :

Texte d'orientation 1 "Un progrès partagé pour faire gagner la gauche" (Luc Carvounas) : 8 voix (3,62%)

Texte d'orientation 2 "Cher.e.s camarades" (Stéphane Le Foll) : 65 voix (29,41%)

Texte d'orientation 3 "Socialistes, le chemin de la renaissance" (Olivier Faure) : 129 voix (58,37%)

Texte d'orientation 4 "L'union et l'espoir" (Emmanuel Maurel) : 19 voix (8,60%)

 

Rapport d'activité national :
Pour : 123 voix (soit 55,66%)
Contre : 21 voix
Abstention : 76 voix

 

Rapport d'activité fédéral :

Pour : 142 voix (soit 64,25%)

Contre : 17 voix

Abstention : 58 voix

Après ce vote, les socialistes du Loiret vont se réunir en Congrès Fédéral, ce dimanche, de 9h à 13h, à l'espace Lionel Boutrouche à Ingré.

 

La prochaine étape du Congrès, pour le Loiret, sera la désignation par les militants, le 29 mars, du 1er secrétaire national et du 1er secrétaire fédéral.

23 février 2018
Le calendrier du Congrès du Parti socialiste dans le Loiret

16 février 2018 : Installation de la Commission fédérale de préparation du Congrès à 20h à la fédération

11 mars 2018 : Commission fédérale de préparation du Congrès à 17h à la fédération.

14 mars 2018 : Date limite de dépôt des candidatures aux instances fédérales, et aux instances des sections

14 mars 2018 : Débat fédéral sur les textes d'orientation à 20h30 à la salle Camus, 4 place du Champ St Marc à Orléans

18 mars 2018 : Congrès Fédéral

5 janvier 2018
Belle année 2018 !

 

voeux2018Exterieur.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 décembre 2017
Lettre ouverte à Olivier Dussopt

lettredussopt.pngOrléans, le 5 décembre 2017

Cher Olivier, cher ancien camarade,

Lors de la traditionnelle Fête de la Rose du 27 septembre 2017, organisée par la fédération du parti socialiste du Loiret, nous t’avons invité et accueilli avec confiance.

Cette Fête de la Rose était pour nous d’une grande importance. Depuis l’été, au lendemain de la débâcle, nous avons collectivement décidé de nous retrousser les manches pour faire vivre nos valeurs. Nous avons lancé une démarche collective, ouverte à tous. Depuis des mois nous réapprenons à travailler ensemble –tous ensemble-, à débattre, à produire, à trancher quand il le faut, à communiquer, et surtout à travailler dans la confiance, riches de nos diversités et attachés à ce que notre diversité ne signifie ni paralysie, ni trahisons.

Nous étions heureux d’échanger avec toi, certains de ta loyauté au parti socialiste, et donc de ta légitimité à venir nous dire ce que pour toi signifiait être socialiste et député aujourd’hui, puisque cette question de l’identité, de la famille socialiste était le thème de notre rassemblement traditionnel de rentrée.

Nous ne nous étions alors pas penchés sur tes sensibilités au sein de notre formation, car la question était notre parti, juste notre parti dans toutes ses composantes. Si nous l’avions fait nous aurions d’ailleurs été rassurés par ton parcours signant ta capacité à travailler en transcendant les courants.

Nous étions sortis de cette rencontre fiers des mots que tu avais pu prononcer, appelant à des positions claires et à des débats permettant de trancher, mais au rassemblement de notre famille, mettant en garde contre les déchirements. Tu avais clairement exposé tes positions, et celles du groupe socialiste à l’Assemblée : pas d’opposition stérile, une opposition constructive, mais une opposition ferme à des projets que tu fustigeais à l’époque : la suppression des contrats aidés, la baisse des moyens des collectivités locales, les ordonnances travail…

Après avoir été successivement vice-président de la FNESR, président de l'Association des petites villes de France et chargé dernièrement d’une mission parlementaire d’expertise portant sur la réforme du financement des collectivités locales et de la fiscalité locale, tu portais la voix, les interrogations et les inquiétudes des élu-e-s locaux sur la baisse des dotations dans le projet de loi de finance 2018 relatif aux collectivités locales.

Tu disais par exemple « les premiers signaux envoyés par le Président de la République et par le gouvernement sont des signaux politiques plutôt marqués à droite et par le libéralisme que par la volonté de concilier la gauche et la droite comme il l’avait annoncé ». Tu affirmais enfin ton attachement au parti socialiste.

Nous avons ensuite suivi tes positions ; celles précédant ta venue – tu n’as pas voté la confiance au gouvernement-, celles plus récentes en particulier ton vote contre le budget libéral du gouvernement.

Tu imagines donc bien l’incrédulité puis la stupeur à l’annonce de ton entrée au gouvernement Edouard Philippe.

Voici donc qu’un député socialiste, élu au suffrage universel avec l’investiture du parti socialiste, entre au gouvernement « ni de droite ni de gauche » sans plus d’échange avec notre parti, alors même que le groupe socialiste avait décidé de ne pas voter la confiance, et que la ligne était celle d’une opposition constructive.

Voici donc que l’un des nôtres qui quelques trois jours plus tôt avait voté contre le budget de la majorité, sera chargé sous la houlette de Gerald Darmanin - ministre de droite -, de le mettre en œuvre.

Voilà donc que celui qui est venu dire ce qu’est être député socialiste aujourd’hui entre au gouvernement. Cette décision n’a pas manqué de nous interroger.

Cette décision est-elle conforme au positionnement du parti socialiste ? Non.

Cette décision est-elle dans la ligne du groupe socialiste ? Pas plus.

Elle est donc une décision personnelle, et, somme toute, respectueux de la dimension représentative des mandats électifs, nous en prenons acte en tant que telle. Mais quand elle survient après les discours tenus à la fête de la rose à Ingré, quand elle survient trois jours après avoir voté contre le budget de la majorité, il faut bien considérer qu’elle semble relever d’une démarche toute individuelle et non pas mue par la volonté d’agir en tant que socialiste, cette décision te mettant d’ailleurs ipso facto en dehors du Parti Socialiste.

Aussi, alors que nous tentons aussi de faire vivre la parole socialiste, que nous nous attachons à prouver à tous que cette parole a un sens, que notre parti n’est pas la somme d’ambitions personnelles mais bien le rassemblement d’hommes et de femmes qui, tout en inscrivant leur action dans le monde réel, sont au service d’une ambition collective, celle d’un monde plus juste, tu comprendras donc notre parfaite stupéfaction, et puisqu’il faut dire les mots, pour certains d’entre nous, une certaine colère et une profonde amertume.

Évidemment, si tu étais en mesure de nous faire part de quelques arguments qui puissent nous convaincre que nous nous trompons dans cette analyse, nous t’invitons à nous en faire part, histoire de nous aider à poursuivre notre travail sur le terrain, après l’avoir si brutalement fragilisé.

Les socialistes du Loiret

 

4 décembre 2017
Etre socialiste, c'est défendre la justice sociale

RefondationVisuel6.png

30 novembre 2017
Etre socialiste, c'est être féministe et défendre l'égalité des personnes

RefondationVisuel5.png

28 novembre 2017
Décès de Pierre Ody : les socialistes perdent un grand militant

ody.jpegLa fédération du Parti Socialiste du Loiret a appris avec une profonde tristesse la disparition de Pierre Ody.


Enfant du territoire, militant engagé, figure habituée de nos rassemblements, travailleur infatigable tant au plan politique que syndical et associatif, il se consacra pleinement 4 mandats durant à la commune de Semoy en restant un militant parmi les militants, en se joignant toujours aux combats de notre formation.

 

Nous saluons ici la mémoire d'un homme à la simplicité exemplaire, d'un maire dévoué, d'un ami à la disponibilité sans faille, et présentons nos très sincères condoléances à son épouse, à ses enfants et à ses proches.

20 novembre 2017
Il faut maintenir les 5 matinées d'apprentissage pour les élèves du primaire

RefondationVisuel4.png

Le Parti Socialiste, dans l’intérêt des élèves, souhaite le maintien des 9 demi-journées de classe.

En 2010, avec la semaine de quatre jours, les écoliers français avaient le nombre de jours d'école le plus faible des 34 pays de l'OCDE : 144 jours, contre 187 jours en moyenne. Mais leurs journées étaient plus longues et plus chargées.

Le retour à la semaine de 4,5 jours avait été réclamé par la conférence nationale sur les rythmes organisée sous la droite, par un rapport parlementaire approuvé par l'UMP d’alors, par les syndicats d'enseignants, par les parents d'élèves, par l'Académie de médecine, par les chronobiologistes puis, en 2012, par la concertation pour la refondation pour l'école organisée par la gauche. 

Et pourtant, aujourd’hui se repose la question du retour à 4 jours de classe : impossible d’exonérer notre incapacité à déplacer le débat sur l’intérêt des élèves ; il a, pendant 5 ans, été plus question des activités organisées par les mairies hors temps scolaire que du temps d’école !
Aujourd’hui encore, c’est bien pour favoriser la réussite des élèves que le Parti socialiste demande le maintien des 4,5 jours de classe, des 5 matinées d’apprentissage.

Communiqué du 20 novembre 2017